Share this post

Mais qu’est-ce que ce nouveau phénomène RH ? Chez Make Me RH, on connait et on pratique. Brice en fait partie, il est slasher …


C’est un mode de fonctionnement qui séduit et pour cause ! Il remet en question les formes de travail classiques qui prônaient le même métier pour toute une vie. Le salsher ne se cantonne pas à un métier mais cumule plusieurs activités professionnelles. Pour de nombreuses personnes c’est synonyme d’enrichissement. Pour l’entreprise, ce type de profil est très intéressant et révélateur de compétences. On en discute avec notre Business dev 😉 Notre start-up, à la pointe des nouveautés en management, ne loupe pas une seule tendance.

Quelles sont tes différentes activités ?

Je suis Business developper chez Make Me RH (of course) et également rédacteur web en free-lance depuis 2 ans. Enfin entre septembre et décembre j’ai fait une petite pause … mais la double activité me manquait trop donc j’ai repris récemment ma seconde activité de copywriter. Je propose des services de rédaction pour des entreprises sur tous types de supports web (blog, site web, réseaux sociaux, …). Poète du web dans l’âme !

Pourquoi ce mode de fonctionnement professionnel ?

Initialement, je dirais pour des raisons financières. Mais ça ne s’arrête pas là bien sûr ! En fait j’ai eu beaucoup de mal à choisir entre mes deux activités actuelles. Je suis complètement fan du projet Make Me RH et y participer est un vrai challenge pour moi ! Mais ma passion c’est écrire, et je me voyais mal arrêter. Alors voilà j’ai fait le pari de tenir ces deux métiers en même temps et sur le plan épanouissement, ça matche !

D’un point de vue management, comment Make Me RH s’adapte à toi ? 

De mon côté, j’essaie de vraiment distinguer mes deux activités ! C’est important lorsqu’on est slasher de ne pas tout mélanger. Mon temps de la journée est consacré à 100% pour Make Me RH et le soir ou le week-end je change de casquette. C’est uniquement à moi de m’adapter. C’est important que j’y fasse attention pour être performant sur les deux plans.

Note expert RH by Make Me RH : du point de vue de l’entreprise, recruter un slasher est un acte décisionnel important. De nos jours, ce type de profil présente un intérêt différenciant. Les compétences sont plus rapidement appréciables et le sens des responsabilités semble acquis. Néanmoins, il s’agit de manager une personne passionnée, qui a besoin sans cesse de diversité dans ses missions. Le duo gagnant ? Identifier ce que les autres activités du slasher peuvent apporter au poste pour lequel la personne est recrutée et vice-versa, en quoi l’entreprise peut-elle enrichir son activité de slasher ? Bien pris en compte, c’est vraiment du gagnant-gagnant.

Quelles qualités nécessaires pour assurer sur tous les plans ? 

Un peu bateau, mais on ne se refait pas : l’organisation ! Pour justement ne pas tout mélanger et distinguer mes deux métiers. Il faut planifier à l’avance et évaluer la charge de travail. C’est vraiment essentiel, sinon on se perd. J’ajouterai aussi la curiosité. C’est même au centre du mode de fonctionnement d’un slasher. On ne se satisfait pas d’une seule activité car tout nous intéresse et sollicite notre attention !

Un critère qui a joué en ta faveur pour ton recrutement ? 

Oui je pense ! Tous les recruteurs et managers, peu importe le poste concerné, apprécient ce type de profil. Pour deux raisons. Cela montre une capacité d’autonomie, une volonté d’apprendre et d’évoluer. Et c’est aussi un gage de confiance. Lorsqu’on a ses propres clients, c’est montrer que l’on peut travailler directement avec ceux de l’entreprise. Pour être business developper c’est quand même très important ! (rire) C’est révélateur tant sur la personnalité que les compétences.

Selon l’INSEE, les slashers représentaient en 2016 16% de la population active, soit 4 millions d’individus en France (1). Et ce chiffre est voué à augmenter ! 

Alors grâce à ce témoignage, êtes-vous prêt à accueillir ces nouveaux profils dans votre équipe ? Découvrez l’offre Make Me RH qui vous correspond le mieux pour gagner en autonomie sur le management de vos RH. 

(1) étude du salon SME publiée en août 2016

Retrouvez-nous aussi sur Facebook, Twitter, LinkedIn et YouTube.  

Tags: , ,

Articles connexes

10 JANVIER 2019

Start by Euratech :...

Il y a trois mois,...

2

4 SEPTEMBRE 2018

Portrait de Make Me RH

Partons encore une...

0

Laisser un commentaire